La Tocophobie, cette petite catastrophe incompréhensible

Bonjour, bonsoir !

Cela fait un bail que j’ai pas abordé des thèmes entrant dans la société (précédemment l’agoraphobie, la solidarité et la masturbation pour en citer quelques uns). Du coup j’ai décidé de parler de ce phénomène, tout autant incompréhensible à mes yeux qu’à ceux de mes proches. Désolée par avance, cet article ne sera pas forcément bien construit, les paragraphes ne découleront pas parfaitement des précédents, ce sera un grand fouillis, mais je pense que c’est ce qui est plus adapté à ce terme qui reste encore un fouillis pour les psychologues, psychiatres et encore plus pour ceux qui n’en sont pas concernés.

La Tocophobie est la peur de la grossesse et de l’accouchement. C’est la crainte de la souffrance ressentie pendant ces périodes, provoquant de l’anxiété, une dépression, des traumatismes, des crises de paniques et j’en passe. Certaines en souffrent tellement que, malgré leur désir d’avoir des enfants, elles interrompent leur grossesse et font tout pour ne pas tomber enceinte. Il n’y a aucune explication au fait de ce trouble, de ses causes… Du coup, je vais partager un peu mon opinion sur la chose.

Sans titre-1Déjà faut savoir que j’adore les enfants. Non, j’insiste, J’ADORE les enfants. A tel point que j’ai passé mon CAP Petite Enfance en 2010, je travaille dans un centre de loisirs depuis 2012, et j’aimerai exercer auprès des jeunes dans des collèges (Assistante d’éducation) ou dans la protection de l’enfance (Maisons d’Enfants à Caractère Social et compagnie).

Je rêve plus tard d’avoir 2 p’tits gars, j’ai déjà leurs prénoms en tête, les activités qu’on ferait, à quoi ressembleraient leurs chambres… Oui, j’aime bien me projeter haha. Par contre, je veux pas de fille. Ah non non, j’ai HORREUR de ça. Vraiment. Je pourrai même vous dire qu’à 6 ans, quand ma maman est venue me demander si je voulais un petit frère ou une petite soeur, j’ai regardé la p’tiote de 2 ans à peine qui jouait non loin de là, et j’ai dit, j’ai pensé très fort que je ne voulais qu’un petit frère. Et j’ai même eu deux petits frères (pas en même temps hein) ! Mon aversion envers les filles remonte à ma tendre enfance comme vous pouvez le voir. Mais vous inquiétez pas, j’ai des copines tout ça, juste je ne m’implique pas dans les conversations étranges qu’elles peuvent avoir lol.

Puis, depuis que j’ai appris comment on fait les enfants (j’venais d’avoir mon p’tit frère donc j’avais 7 ans), bah une certaine angoisse a commencé à grandir en moi. En grandissant, ça s’empirait. Dès que je tentais de m’imaginer enceinte, je paniquais, ça devenait même une vision d’horreur. Comme je l’ai dit, j’adore les enfants, j’en veux plus tard (même si je suis vachement axée sur l’adoption, je dois l’avouer), mais tout, absolument TOUT me déplait dans la grossesse, que ce soit l’acte en lui-même, l’accouchement, ou de simples choses comme l’annoncer à l’entourage et j’en passe.

En même temps, je n’ai que 21 ans, mais quand j’me dis qu’à mon âge ma mère accouchait de moi, bah je me rends compte que les temps changent : c’est pas ma priorité du tout haha.

Mais en attendant, malgré le fait que je trouve les femmes enceinte trooop jolies (et j’adore lire des témoignages, voir des films dessus et j’en passe), à chaque fois que j’y pense j’en ai limite des sueurs froides, et tout ça me « dégoute » puisque, désolée pour ceux que je vais choquer, mais j’assimile porter la vie à avoir un truc en vie qui remue dans mes tripes tel un ver solitaire… Pas chouette, hein ? Et pourtant c’est le cas, plus je grandis et plus l’idée que la grossesse c’est pas « naturel » devient forte (alors qu’en soit là je raconte de la merde complétement, j’le sais), je trouve ça malsain et horrible de porter une sorte de bactérie qui grandit en moi (ah, j’vous avais pas dit, je déteste être malade, et en hiver comme en été ça en devient maladif, je me persuade d’avoir des angines et d’autres conneries…) et le fait de me dire qu’un jour, si j’ai envie d’avoir des enfants de moi-même, faudra que je passe par là, ça me fout les larmes aux yeux.

Sans titre-1Puis y a un truc qui me rebute encore pluuuuus que le fait de savoir qu’un p’tiot grandit en moi (quoique…), c’est toutes les conséquences que la grossesse a sur notre corps. Les vergetures, les kilos en trop… Non, j’peux pas quoi. J’suis pas encore habituée à mon corps, et j’ai pas envie qu’au moment où ENFIN je me mettrai à l’aimer correctement, que celui-ci soit entièrement bousillé. Puis l’épisiotomie… Non mais sérieux, non quoi ! Et je SAIS que j’y aurai le droit (merci mon anatomie d’amour que j’aime salope). Donc j’suis déprimée d’avance lol.

Au niveau du désir d’enfants, je voudrais en avoir avant mes 30 ans (entre 25 et 27 ans, normal). Mais plus j’approche de cet âge, et plus j’ai envie de le reculer car je sens que je ne serai toujours pas prête pour ça. Alors que je suis sûre qu’une fois que ce sera fait… Bah je serai là « oh mais c’est rieeeeen les meufs enfantez tranquille ça passe comme dans du beurre !« 

Le plus dur c’est le regard des autres, parce qu’ils y connaissent rien à cette phobie et que ça parait démesuré et puéril d’avoir peur de donner la vie. Du coup, je leur dis simplement que je suis pas prête, que c’est ça qui me fait penser ainsi. Pourtant ma mère sait, et le raconte des fois, que depuis mes 12 ans je ne cesse de répéter que je veux pas tomber enceinte. Mais aujourd’hui la société fait que les femmes sont OBLIGÉES d’avoir l’instinct maternel et vouloir faire des enfants (donc pas adopter). Et moi je trouve ça triste, car NON, toutes les femmes n’ont pas l’instinct maternel, NON toutes les femmes ne veulent pas mettre des enfants au monde, et NON elles n’en sont pas malheureuses, malades ou folles !

 Je tiens à le dire, pour que ça rentre bien dans les mœurs des gens : je ne suis pas un monstre, mes pensées ne font pas que je suis un être infâme. Pour l’instant je le vis bien. Mon copain aussi, même s’il est constamment perdu entre mes « j’veux pas d’enfants » et « j’en veux un mais adopté » ou encore « mais ouiiiii on f’ra des bébés !« 

Je plains mon copain de ne pas comprendre mes crises de panique, mes crampes d’estomac, mes larmes faciles quand je parle de grossesse. Puis de subir ma paranoïa de la contraception, les périodes d’abstinences parce que j’ai osé prendre ma pilule avec du retard.

J’irai pas voir un psy, la dernière fois que j’en ai vu une, elle a violé le secret professionnel la grognasse. Non, je sais qu’un jour viendra où ça me tombera dessus, et poings et dents serrées j’affronterai ce duuuur moment, en pensant au meilleur à venir.

Sans titre-1Dites moi si vous connaissez des personnes dans mon cas, ou si vous en faites partie. Dites moi ce que vous en pensez. Et si vous avez renoncé à avoir des enfants, pour quelles raisons.

Et puis courage à toutes celles qui galèrent pour avoir un p’tit bout.

A bientôt les gazelles, Anita(rtine).

Publicités

8 réflexions sur “La Tocophobie, cette petite catastrophe incompréhensible

  1. Insomniak dit :

    Personnellement je ne pense pas vouloir d’enfant. Je ne me suis jamais vu, imaginée dans un avenir où un enfant serait présent mais si un jour je change d’avis, ce sera via l’adoption. Je trouve la grossesse… Beurk. Voilà, c’est tout résumé. Porter un mini humain, vomir ses tripes, ne plus contrôler les réactions de son corps et ses désirs, le sentir bouger, gonfler de partout, passer par l’épisiotomie, le faire glisser par son vagin tout en souffrant le martyr, … Qui a t-il de beau là-dedans ? La femme devient un incubateur sur pattes ! Du coup, je te comprends sur ce point :)

    J'aime

    • Anitartine dit :

      Haha voilà, je trouve que la grossesse c’est tout sauf « naturel », puis le fait d’avoir un truc vivant en moi… Non clairement ça me dégoute à un point ! Par contre l’adoption, j’y pense depuis mon adolescence, je préfère avoir des enfants comme ça quelque part. Puis comme je dis, on se plaint de la surpopulation sur la terre, y a des p’tiots qui n’ont pas de familles autant leur en fournir une en plus on a pas besoin de faire tout le travail pour les mettre au monde lol.

      J'aime

  2. Doudou Lardon dit :

    Ca me fait rire, je pensais comme toi il y a encore quelques années (j’ai 29 ans). A ton âge, déjà, je n’aimais PAS les enfants, je les détestais!!! Je n’en voulais pas avant 30 ans, ce serait ma carrière avant tout, blabla…
    Et puis avoir un truc qui grandirait en moi, ça me dérangeait vraiment, je trouvais ça dégoûtant. L’accouchement, juste horrible et dégueu, on verrait mon anatomie toute écartelée, beurk quelle image!! Je ne me voyais pas partager ce moment avec mon conjoint, puisque je ne voulais pas qu’il puisse me voir dans une situation aussi dégradante. Oui oui, je considérais ce moment comme DÉGRADANT!
    Quand je regardais Baby Boom, j’étais juste écoeurée, je trouvais ça horrible!!! Et franchement, ça me saoulait plus qu’autre chose.
    Bref, c’était pas gagné! Et qui plus est, instinct maternel à 0, les bébés c’est nul, c’est bête, ça sert à rien à part pleurer, les enfants n’en parlons pas… lol

    Et puis en quelques années, les choses ont peu à peu évoluées. J’ai envisagé d’avoir des enfants, BIENTÔT. Pas « dans quelques années » non, mais plutôt « l’année prochaine ». Ca change tout de suite les choses, il faut penser à notre avenir immédiat. Je me suis alors réellement projetée. J’ai eu ENVIE d’avoir un bébé, une envie qui m’a pris aux tripes. Je rabâchais tellement jusqu’ici que je n’en voulais pas, que je me surprise moi même. Mon dégoût de la grossesse et de l’accouchement s’est alors peu à peu évaporé.
    Quand je suis tombée enceinte, je pensais que j’allais trouver bizarre d’avoir un truc qui grandit en moi, mais en fait une fois qu’il était là, j’ai tellement eu PEUR de ne pas pouvoir le garder que je m’y suis attachée et que je l’ai aimé tout de suite… je VOULAIS tellement le garder qu’il ne pouvait plus me dégoûter et m’effrayer :-) Et puis plusieurs fois, je me suis surprise à me dire que je n’étais plus seule. Les jours où je n’avais pas le moral, j’avais un réconfort, un petit être qui m’accompagnait et me soutenait. C’était un sentiment agréable et réconfortant, de me dire que je n’étais plus jamais seule, même dans les situations difficiles.
    Pour ce qui est de l’accouchement, j’ai décidé de ne pas m’imaginer les pires scénarios et de laisser faire la nature et les médecins. Baby Boom est devenue la meilleure émission au monde, j’ai commencé à trouver ça beau. J’ai regardé beaucoup d’émissions pendant ma grossesse, ça m’a permis de BANALISER la chose, de ne plus en faire toute une montagne, de voir que ça pouvait être un très joli moment. Ma vision a alors changé, j’avais hâte d’accoucher et de vivre ce moment moi aussi, je voyais ça comme une épreuve de la vie, une grande fierté.
    Et l’accouchement fut beau, aussi beau que dans Baby Boom ;-)

    Alors, je pense que tu es encore jeune et que lorsque tu gagneras en maturité, lorsque tu seras VRAIMENT prête à avoir un enfant, lorsque tu auras BESOIN d’avoir un enfant, tout ça s’évaporera.
    En attendant, profite de ta jeunesse et laisse faire la nature et tes hormones, qui effaceront toutes ces angoisses en temps voulu ;-)

    Je t’invite à lire mon récit d’accouchement sur mon blog (puisque tu aimes ça et si ça peut te rassurer): http://bit.ly/1ABtXGC
    Et dans cet article, je parle de mon changement de cap vis à vis des enfants: http://bit.ly/1zRkz4E

    J'aime

    • Anitartine dit :

      Merci pour ton témoignage ! Effectivement, comme je le précise d’ailleurs dans mon article, je pense que d’ici quelques années je serai prête à avoir un enfant, phobie ou pas phobie. A la différence de ton vécu, j’ai toujours aimé les enfants, surtout les bébés. Je trouve ça beau, ça sent bon, c’est tout doux, j’adore ça ! Comme j’adore regarder des émissions (Baby Boom haha) ou des films traitant le sujet. Mais pendant que je les regarde… Je ne peux m’empêcher d’avoir une boule dans le ventre, tu sais, celle que tu ressens quand tu vois quelqu’un se faire très mal sous tes yeux et que t’as mal pour lui. Bah là c’est pareil… Et pourtant j’ai déjà pleuré devant Baby Boom, parce que je trouve ça beau quand même. D’ailleurs en lisant ton accouchement, j’étais limite rassurée de voir que ça a été. Puis j’ai vu que t’as eu une DPP, une épisio et des hémorroïdes, et paf ça m’a plombé. Hémorroïdes limite je pense ça irait. La DPP… Bah écoute voilà. Mais l’épisio… ça me terrifie énooormément, comme la péridurale ou la reprise des rapports sexuels (j’suis même pas enceinte que je pense déjà à l’après hahaha). Pour te dire, j’ai assisté aux deux grossesses de ma mère, à 6 ans et à 14 ans. Dans les deux cas, je n’ai jamais approché son ventre, j’osais à peine le regarder. J’ai découvert d’un bébé pouvait faire bouger le ventre via internet y a 4-5 ans à peine… Et (pas étonnant) je ne peux jamais regarder ces vidéos plus de 10 secondes, ça me fait mal en fait :’D
      Pourtant c’est vraiment dommage, puisque comme je l’ai dit, j’adore les enfants, j’ai fait mes études dedans, j’ai bossé en crèche, halte-garderie, je sais me débrouiller et les comprendre (ce qu’ils sont sournois !) et lorsque je me projette, je me vois parfaitement avec un p’tiot à moi, qui court dans la maison, qui dit ses premiers mots… C’est toute la phase grossesse qui déconne. Mais bon, j’espère que comme toi, un jour mes hormones se réveilleront d’elles-même ! En tout cas, merci pour ton beau témoignage ! :)

      J'aime

  3. Darinou dit :

    Je savais pas du tout que cette phobie existait, tu me l’apprends en fait! Mais c’est vrai que c’est une étape importante dans la vie d’une femme et que ça implique tellement de changements donc ouais, je comprends que ça puisse faire flipper. Moi-même j’y pense assez souvent; et c’est pas la maternité qui me stresse le plus mais bien l’accouchement lui-même, brrr. J’ai encore du mal à concevoir que « quelque chose » de cette taille puisse sortir d’un vagin, punaise!

    Sinon j’espère que tu vas bien et que tu passes de bonnes vacances m’dame :)

    Tchüss!

    J'aime

    • Anitartine dit :

      Ohhhh m’en parle pas, l’accouchement ce n’est que l’étape finale de la phobie. Non clairement, déjà toute la grossesse, ça me retourne l’estomac rien que d’y penser, mais alors l’accouchement… Juste MDR quoi ! Déjà qu’avec les garçons j’avais flippé parce « bon sang de bonsoir ça fait maaaaal » mais alors là, j’veux une péridurale dans chaque partie de mon corps xD
      Sinon les vacances… Toujours dans mes écrits ! J’espère que pour toi tout roule ! Bisous ! <3

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s